De pierre et d’os – Bérangère Cournut

 

La jeune Uqsuralik se retrouve séparée de sa famille lors d’une fracture de la glace au printemps : elle doit alors survivre par elle-même et mettre en pratique seule ce qu’on lui a appris en famille. C’est pour nous l’occasion de la suivre et de découvrir la manière de vivre, les habitudes et règles de la vie chez les Inuits, ainsi que leur spiritualité, très riche et fondée sur l’exemple de la nature : cyclique, protectrice, lente.

 

On découvre qu’il existe une quarantaine de mots différents pour désigner la glace en Inuktitut (la langue des inuits) selon son aspect, le moment de l’année, et les possibilités qu’elle offre. On essaie de repérer et de comprendre le comportement des animaux comme Uqsuralik, qui est une excellente chasseuse. On s’émeut de la vision de la vie et de la mort chez ce peuple qui nous décontenance, engoncés que nous sommes dans ce que l’on pourrait mal nommer la « civilisation ».

 

 

Ce monde mouvant, aux frontières sans cesse redéfinies par la glace qui fond au printemps et se reforme en hiver, toujours différente, modèle la vie nomade d’un peuple qui évolue lui aussi constamment : les groupes se font et se défont au rythme des saisons de chasses et des hivers plus ou moins rigoureux. Les vies s’entrecroisent, dans un quotidien d’une beauté sereine et terrible ; des vies qui connaissent l’ordre du monde et le suivent avec noblesse et mesure.

 

Et nous, on en est où ?

   

De Pierre et d’os – Bérangère Cournut, Le Tripode, 19€

Posts created 7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut